lundi 12 novembre 2012

Formation en savonnerie artisanale avec Franck Dubus : retour d'expérience

Je savonnais dans mon coin, à ma petite mesure. J'ai bénéficié, pour débuter (et me rassurer) d'une mise en route lors d'un atelier d'une après midi chez Cristine Armand, qui est d'min coin, à Arras. Après quelques mois de patouille, j'avais envie d'aller plus loin dans mes compétences, notamment pour partager mes acquis à travers mes ateliers nature.

Franck Dubus
J'ai donc décidé de faire un retour aux sources en suivant une formation savonnerie avec Franck Dubus. J'ai été formée par lui à la cosmétique naturelle, il y a trois ans. Je savais que j'étais entre de bonnes mains pour découvrir de nouvelles pratiques ! Quand même, il est rien de moins qu'un pharmacien, qui a suivi depuis plus de 15 ans la route du naturel, écrit quelques bouquins sur les plantes, les HE. Il est formateur sur le sujet depuis plusieurs années. Franck est aussi, et c'est tant mieux, puriste. Nous avons travaillé des matières souvent biologiques, de bonne qualité. Un petit plus pour le côté éthique, avec l'absence d'huile de palme dans les recettes, la nourriture bio et végétarienne (absolument délicieuse, MERCI Julie !!).

Maintenant que les présentations sont faites, je vous propose un bref résumé de la formation en savonnerie artisanale :

je suis donc arrivée à Die, après plusieurs heures de train dans les pattes. Contente d'arriver et d'être accueillie !

L'abbaye
Le stage va durer 3 jours et se passe dans un lieu particulier : l'Abbaye de Valcroissant. C'est une ancienne abbaye qui a été transformée il y a quelques années en gite et ferme. De quoi dormir, manger et se former ! C'est en plus un lieu chargé, de vieilles pierres du 12 ème siècle, au milieu des montagnes ! Superbe !!

Vue sur les montagnes
En arrivant, j'ai la chance de retrouver, par hasard, Hélène, qui a suivie la formation cosmétique il y a 3 ans. Belle surprise, d'autant que nous avions bien rigolé à l'époque ! Il est déjà tard...vite au lit !

Lendemain matin, les autres participants arrivent un à un. Nous serons 12 participants au total. J'ai bien aimé la variété des profils ou des motivations : futurs savonniers, porteurs de projets d'ateliers, agriculteur bio, distillateur d'huile essentielle, producteur d'huile d'olive du Maroc, et une même une productrice de lait d'ânesse !

Première matinée, de la théorie :
  •  nous avons eu un topo complet sur les exigences en terme de sécurité : du masque à gaz au masque de pompier, en passant par la blouse épaisse de labo... Nous voilà tout beaux ! C'est contraignant, mais nécessaire : nous allons manipuler de la soude en évaporation, et nous sommes nombreux à manipuler !
  • Après ce long (et nécessaire) préambule, nous avons les premières infos sur la réalisation d'un savon. Les questions fusent : 12 cerveaux très motivés en ébullition. J'admire Franck et sa capacité à répondre de manière très posée à chacun. Il gère son auditoire dissipé d'une main de maître : « juste en se taisant pour obtenir le silence... et ça marche », me faisait remarquer Marie Pierre.

Après cette bonne mise en bouche, sans pause, (nous étions trop concentrés, le temps a filé), le repas !

Pour mémoire : lasagnes au potimarron, salade. Julie, la recette, pleeeaasse !

L'après midi, nous avons continué un peu de théorie, puis nous avons réalisé le premier savon de la formation : un savon doux pour toute la famille. La technique nous permet de mettre en œuvre la dilution de soude dans l'eau. Une pièce (magistrale) est dédiée à cet effet. Munis de nos masques, nous avons tous assurés !




Repas / repose bien mérité ! Au menu : potage, cake aux olives – poireaux – champignons. Dessert : crème de tofu soyeux chocolat / HE orange douce

Et ce n'est pas finit : nous avons passé la soirée à découvrir les secrets du parfum dans le savon, avec tests au huiles essentielles.

Jour 2 – matin :

Nous avons écouté un peu de théorie sur la saponification, les calculs de soude avec les indices de saponification, surgraissage, choix du pourcentage d'eau... J'ai tout compris ! Chaque étape a été donnée, pas à pas. Ça a permis de rendre cette partie qui me semblait compliquée très accessible et digeste ! A présent, nous sommes capables de calculer nos dosages d'huile, de soude, le tout avec la calculatrice ! Oui, oui, sans les calculateurs automatiques du net ! Trop fière !

L'après midi, nous avons fabriqué une barre à shampoing. Je ne pensais pas que c'était réalisable rien qu'avec le mélange huile/soude. Mais, finalement, en connaissant le pouvoir lavant, moussant, décapant de chaque huile, c'est tout à fait réalisable !

Nous avons obtenus de beaux shampoings solides.


Le soir, j'avoue que la fatigue m'a gagné... Nous avons travaillé jusque 23h sur la réglementation.

Dimanche... je suis loin d'être en forme olympique, mais contente d'être là, alors ça va ; )

Nous avons finalisé notre travail théorique , le matin, en découvrant les indices INS et d'iode dans le savon. Ça y est, la saponification à froid n'a plus de secrets pour moi... bon, il va falloir que je m'entraine, repotasse mes cours, mais j'ai bien avancé dans mes savoirs : objectif atteint !

Fin de matinée, nous avons réalisé un savon au miel, dont Hélène et moi avons composé le parfum HE au, validé par le chef, Franck. J'espère qu'il plaira !

Repas
 

L'après midi, nous bénéficions une brève théorie sur la décoration des savons (funelle, one pot, marbrage...). Nous avons finit en beauté, en créant un savon au lait d'ânesse (merci Marine qui nous en a rapporté, fraichement tiré de sa propre production).

Marbrage one pot réalisé par Jacques et Bénédicte
Nous avions, aussi, pour ce dimanche, la liberté de choisir notre déco. J'étais en binôme avec Hélène et nous avons bien travaillé : un savon marbré bleu/crème. J'espère qu'il supportera la balade en train... Nous verrons.
Savon prêt à voyager !

Je suis ravie (et fatiguée par ce rythme soutenu) du stage savonnerie, d'avoir appris plein de nouvelles choses, rencontré de nouvelles personnes passionnées, passionnantes ! J'espère que nous auront l'occasion, les uns, les autres, d'échanger nos pratiques, savoir-faire ?!


18 commentaires:

  1. Waouh cela donne vraiment envie, tu vas etre une vraie pro avec ce stage!

    RépondreSupprimer
  2. Je suis très intéressée par ce stage : je pense que j'irai le faire ! Merci !

    RépondreSupprimer
  3. MLTITILULU
    merci de partager votre expérience très intéressante

    RépondreSupprimer
  4. Petit coucou Sophie !!
    Très beau résumé du stage, ça laisse une trace écrite vraiment sympa, Merci !
    Bises
    Marine

    RépondreSupprimer
  5. Merci Sophie pour ce retour d'expérience
    J'attends des nouvelles de tes premiers ateliers savonnerie à froid.
    En attendant, même si tu as fabriqué durant le we quelques mois de savons d'avance, je te souhaite plein de belles recettes.

    A bientôt côté aroma
    Franck

    RépondreSupprimer
  6. Bonjour Sophie,


    Avez vous contrôlé le pH des savons réalisés? et celui de la peau après lavage, ou avez vous abordé ce sujet, en quel terme?

    je fais une étude la dessus si tu as des infos, welcome, aromatiquement,

    La Cosméteuse

    RépondreSupprimer
  7. gloups... suis surveillée par mes profs ; )) Comment vas-tu ?
    Bien sûr que nous avons parlé pH. Quand on fait ses propres savons, il faut attendre minimum 4 semaines pour que la soude s'évapore. Quand la pateà savon se solidifie (dans les 24h ap la fabrication), le pH tourne autour de 11. Nous avons testé le lendemain (48h) et le savon tournait déja autour de 10. Lorsque tout le processus de saponnification est terminé (les 4 semaines, soude évaporée), le pH arrive à 8,5 en moyenne.
    Nous avons appris à calculer quantité d'huile/soude pour choisir la réalisation d'un savon soit très lavant, moussant ou très doux et donc ceci a une incidence sur le pH... Le mieux est que soit tu suives le stage, soit que tu prennes contact avec Franck Dubus. Sinon, il y a pas mal de savonniers à froid sur Facebook, aussi.

    RépondreSupprimer
  8. Ah si les journées étaient plus longues!!!
    Je ferais volontiers tous les stages, mais cette année je vais en faire un en olfacto.

    Avez vous abordé le pH de la peau?

    Je vais aussi contacter F. Dubus à ce sujet.

    Aromatiquement,

    RépondreSupprimer
  9. coucou Christine,
    Pour le pH, je t'ai répondu dans le message précédent sur le blog, juste au dessus du tien ! Bises. Sophie

    RépondreSupprimer
  10. Bonsoir,
    Je viens de prendre contact avec Franck Dubus pour suivre ce stage. Avez-vous des conseils à me donner?
    Je suis très enthousiaste !
    Merci et bonne continuation! J'aime beaucoup votre blog!
    Séverine

    RépondreSupprimer
  11. super ! et quelle formation allez-vous suivre ?
    En conseil... Juste de bien profiter : )
    le lieu de formation est très ressourçant, souvent les groupes sympas. Soyez en forme, parce que ça bosse !

    RépondreSupprimer
  12. bonjour,

    je vois que vous avez fait la formation de produit cosmétique également. Que m'en diriez vous?
    En fait j'hésite beaucoup entre la formation HE et la cosmétique bio. Le choix va être difficile car les 2 m'intéresse.


    A bientôt
    Sabrina

    RépondreSupprimer
  13. Bonsoir,
    Moi aussi je serais curieuse d'avoir ton retour sur le stage de cosmétique bio. J'ai très envie de le suivre pour apprendre à réaliser mes propres produits. Qu'en penses tu ? Est-il adapté pour les débutants ? est ce qu'il délivre de bonnes bases ? Merci d'avance. Anita

    RépondreSupprimer
  14. Bonjour,
    le stage en cosmétique naturelle, je l'ai effectué en 2009, ça date un peu ! Je pense que le module a bien évolué depuis. Quoiqu'il en soit, c'est sérieux, de qualité : Franck Dubus est très exigeant sur la qualité des ingrédients, de leur provenance la plus naturelle possible. Il a une formation de pharmacien, ce qui apporte un savoir technique assez poussé. Il a aussi une connaissance en tant qu'utilisateur (cosmétique, savon, HE...). Avec mes "retour formation", vous avez une petite idée du cadre. Ce sont des formation intenses. Après, je ne connais pas vos attentes particulières... Cosmétique est adaptée pour des débutants, les huiles essentielles moins (à mon avis). Il vaut mieux avoir déjà un petit niveau, je pense. Tout dépend aussi de ce que vous souhaitez faire de vos formations par la suite. Tenez-moi au courant et/ou faites un p'tit retour si vous participez ? Les stages de Franck ont beaucoup de succès !

    RépondreSupprimer
  15. Bonsoir Sophiaunaturel,

    merci beaucoup pour tes explications. Faut-il, en plus du coût de la formation, acheter quelquonque produits non fournis? Je veux dire par là: y à t-il des choses à acheter pour faire la pratique(je parle pour la formation cosmétique)ou bien tout est fourni?
    En ce qui te concerne ,tu as fais la formation cosmétique dans un but personnel?sabrina

    RépondreSupprimer
  16. pour les formations, les ingrédients les flaconnages et ustensiles sont fournis. On doit amener son tablier, gants... On peut aussi amener ses propres outils (mixeurs par ex) si on aime travailler avec.
    Les formations, j'en ai suivi pas mal auprès de différentes formateurs dans le but de "transmettre" mon p'tit savoir, via mon blog pour démarrer et en animations. ça fait 3 ans que je fais mes p'tites animations : http://sophie-au-naturel.fr/

    RépondreSupprimer

Nombre de visites

Animation "ménage au naturel" - France 3, janvier 2014

Contacter Sophieaunaturel

Nom

E-mail *

Message *