dimanche 30 juin 2013

Spray anti-moustique

Pour bien profiter de l'été, c'est quand même mieux de s'éloigner "des moustiques qui piquent". 

 
Pas le temps de trop patouiller, alors cette recette rapide me va bien.
Elle a pour objectif d'éloigner les moustiques : les odeurs citronnées les indisposent. 
Je suis partie d'un mélange alcool, et huiles essentielles ayant des propriétés pour lutter contres les invasions de moustiques :

Les ingrédients :
  • 97ml d'alcool à 70° : pour diluer les HE, support
  • 30 gouttes d'HE géranium rosae : répulsif, barrage anti-moustique
  • 15 gouttes d'HE eucalyptus citronnée (odeur semblable à la citronnelle)
  • 15 gouttes d'HE lémongrass (j'aime beaucoup cette odeur acidulée)
  • 15 gouttes d'HE lavandin
Coût des ingrédients : 2€50 pour 100ml

Ustensiles :un flacon spray de 100 ml, un entonnoir

La recette :
Mélangez les différents ingrédients dans le flacon spray.
Secouez, finish.

Mon avis :
l'odeur est sympa. J'avais envie d'éviter la citronnelle qui m'indispose. Ce spray donne une odeur de géranium rosae citronnée.
Côté efficacité, à tester... dès l'arrivée des trombes de moustiques !


NB 1 : A éviter sur la peau + soleil : la plupart les HE (agrumes) sont photosensibilisantes. Pour être plus claire, si vous allez au soleil avec ce produit sur la peau, des taches peuvent apparaître. Prudence, donc ! Sur les habits, le spray !!
NB 2 : A éviter avec les moins de 3 ans, les personnes fragiles (femmes enceintes, malades de longue durée...) 

Alternative : les plantes fraiches à avoir à la maison. Le lien ICI donne de belles explications ! 



Autre idée au naturel,pêchée sur le net, pour chasser les indésirables, avec de la levure et du sucre : 

 

  
ou en version texte : ICI


lundi 17 juin 2013

Le macérât glycériné de lilas

Le lilas... Vais-je enfin extraire cette belle odeur grâce à la glycérine ?


Mais, au fait, c'est quoi exactement la glycérine ? 
 
Zoom sur la glycérine :
ça se présente comme liquide visqueux, sirupeux, transparent, avec un goût sucré (testé dans les gloss). Les savonnières le trouvent naturellement dans le VRAI savon, celui fait naturellement avec la saponification à froid. Là, ça s'appelle de la glycérine végétale. On peut aussi obtenir la glycérine avec la saponification de la graisse animale.
Pour info, la glycérine est aussi utilisé dans l'alimentaire comme additif, ou dans les formules antigel ou anti-buée sur les miroirs .
La glycérine se dissout dans l'eau, mais laisse des gouttes qui surnagent dans l'huile. Pour les crèmes, le dosage maxi est de 10%, à intégrer après une fois l'émulsion faite. 
Au delà des 10%, la glycérine aura pour effet d'assécher la peau :s
Bien tout ça, mais elle sert à quoi cette glycérine ?
La glycérine est souvent utilisée par les « cosméteuses » pour favoriser l'hydratation de la peau, ou comme agent de texture.
Ici, elle nous intéresse car c'est aussi un bon solvant : la glycérine est capable de « capter » les principes actifs d'une plante grâce au processus de la macération. 
 
Alors, ces p'tit macérâts de glycérine ?
J'ai choisi de tester différentes recettes, histoire de l'intégrer tel quel dans mes formules de crèmes ou laits. Il me servira comme agent odorant, comme colorant. 
Par curiosité, je vais tester ces différentes formules pour en savoir plus sur la conservation, la capacité d'obtenir l'odeur, le résultat texture. 

Côté pratique, j'ai fait des macérâts pendant trois semaines, avec 1/3 de fleurs, 2/3 d'agents solvants (alcool, glycérine ou eau). 

 
Test 1 : glycérine pure (mais comment vais-je filtrer un liquide sirupeux?). Je fais un macérât glycériné sans eau, juste pour avoir la glycérine « comme d'habitude », avec l'odeur lilas. En espérant que la glycérine suffira à extraire l'odeur du lilas.

Résultat :
Finalement, facile de filtrer la glycérine, dans un filtre à café + entonnoir. Un peu plus long, certes... Comme vous pouvez le constater, pas de changement de couleur de la glycérine.

L'odeur de lilas est bien présente, agréable, mais moyennement prononcée, par rapport à la plante fraîche. Par ce mode là, je souhaitais tester la tenue du macérât. Ça va faire plus d'un mois et pas de changement d'odeur ou texture, sans avoir ajouté de conservateur.
Concluant, dirais-je pour extraire l'odeur !



Test 2 : 1/3 glycérine + 1/3 eau bouillie (histoire qu'elle soit sans bactéries) + 1/3 alcool pure pour l'agent solvant et conservateur.

Résultat :
L'alcool est très présente, voir entêtante. L’odeur est fleurie, mais loin de celle du lilas. Le liquide s'est fortement coloré, très rapidement, d'ailleurs, en marron... pas glamour !

Peu concluant en terme d'odeur, couleur :s








Test 3 :70% de glycérine + 30% eau bouillie + conservateur de phase aqueuse (12g cosgard pour 40g de préparation).


Résultat :
Le liquide s'est aussi coloré en marron, mais plus clair que celui à l'alcool. L'odeur obtenue est assez curieuse, proche de celle de la noix de coco. Étonnant ?! Est-ce le conservateur qui donne cette odeur ?
Moyennement concluant en terme d'odeur ou de couleur.





En conclusion, pour extraire une odeur, le macérât glycériné pur me semble la meilleur méthode pour obtenir le plus fidèlement l’odeur d'une plante ou d'un fruit !

samedi 8 juin 2013

Lait corps autobronzant

J'ai décidé de contre-attaquer ce manque de soleil. Marre de ne pas sortir mes gambettes à cause du mauvais temps. J'ai surfé sur la blogosphère des cosméteuses et découvert la DHA. C'est un ingrédient incontournable pour favoriser la coloration de la peau.
Je me fie aux dire de CosméJane, qui a creusé sur l'aspect « safe » de cet ingrédient (voir à la fin du post).
J'ai choisit la version lait, histoire de tester la cire émulsifiante reçue par Cosmétogarden.
Les ingrédients :
  • 80 ml d'eau florale de fleur d'oranger : donne bonne mine, régénère les peaux fatiguées,
  • 30 ml d'huile de macadamia : favorise la circulation. On peut aussi utiliser les huile type macérât de carotte, urucum ou calendula ; ou même l'huile de noyau d'abricot qui donne un joli teint
  • 4g de cire émulsifiante Vegemulse de cosmétogarden (histoire de mélanger eau et huile, de faire l'émulsion) la fiche technique ICI  

    Elle a pour particularité d'être facile à étaler, légère.
  • 6g de DHA : l'actif qui fait bronzer.
  • 15 gouttes de cosgard : conservateur
Coût des ingrédients : 5€10
 
Ustensiles : casserole pour bain marie, bol pour la pesée des ingrédients, balance précise, spatule, cuillère, bêcher, flacon de 100ml, entonnoir, fouet électrique ou manuel (selon l'huile de coude disponible...). Alcool, sopalin pour désinfecter.

La recette, pas à pas :
  • Désinfectez les ustensiles, flacon, plan de travail à l'alcool avant de démarrer.
  • Pesez les différents ingrédients dans le bêcher (huile, eau florale, cire) et placez le tout au bain marie. Au bout de 5mn, la cire a fondu. 
    Avant de fondre
    Après, fonte presque finie

    Cette cire est sympa à la fonte, on voit bien lorsque c'est dissout: le mélange est assez homogène, contrairement à d'autres cires émulsifiantes. 


       
  • Retirez du bain marie. Placez le bêcher dans un bain marie d'eau froide pour aider à la prise en masse.
  • Opération émulsion : mélangez le liquide soit à la main, soit au fouet électrique.
  • Lorsque l'émulsion a bien pris, ajoutez les 15 gouttes de conservateur.
  • Versez dans le flacon. 

     
Mon avis :
C'est la première fois de ma vie que j'utilise un autobronzant. Le home made ouvre vraiment à la créativité, à la curiosité !
Le bronzage : je ne suis pas très douée pour étaler un autobronzant : j'ai oublié derrière les genoux :s. 
Le liquide est incolore quand il est étalé et le bronzage arrive au bout de quelques heures.
A la première application, le bronzage est léger. C'est en en remettant que la couleur devient plus prononcée. Pour moi, deux applications ont suffit. La couleur s'atténue au bout de quelques jours ou au pire avec quelques gommages.
Je la trouve assez naturelle, pas trop orangée.
La texture : j'ai choisi une texture très fluide, pour favoriser l'étalement du lait. 

Les composants : la recette comporte très peu d'ingrédients car le DHA entre en interaction avec les autres composants et risque d'acidifier le mélange. Ici le pH est à 5. 
La texture est très agréable avec la cire émulsifiante de Cosmétogarden, très douce, sans film gras. 


Zoom sur le DHA : Toxique ou pas ?

C'est un ingrédient qui est fabriqué chimiquement. Il répond au doux nom de Dihydroxyacétone ou, DHA, pour les intimes. Il est obtenu par fermentation de bactéries. Il se présente comme une fine poudre blanche, inodore.
Je cite Cosméjane qui a potassé le sujet de la toxicité de la DHA: « Pour Laurence Coiffard, cosmétologue et enseignant-chercheur et expert de L'Observatoire des Cosmétiques, il n’en est rien. La réaction qu’elle provoque ne concerne que des cellules mortes, situées en superficie de l’épiderme et rapidement éliminées. La DHA ne pénètre pas dans l’organisme, et 20 ans de recul sur son utilisation permettent d’affirmer qu’elle est très bien tolérée. (Source l'observatoire des cosmétiques). ».
Il y a aussi un article assez intéressant sur wikipédia qui pose le fonctionnement d'un autobronzant : ICI
En route, alors !?

lundi 3 juin 2013

Atelier "apprendre à fabriquer son savon"


Je propose, suite à plusieurs demandes, de réaliser un atelier « apprendre à fabriquer son savon ». L'idée de cet atelier est de démystifier la fabrication du savon en méthode SAF (Saponification à Froid).






Pendant la séance, je propose une première partie sur la méthodologie : pourquoi, comment faire son savon au naturel, les calculs des proportions.
La seconde partie portera sur la fabrication d'un pain de savon. Chaque participant repart avec sa fabrication (8 à 10 savons).

Les ateliers sont basés sur l'échange et la convivialité !

: à Lille – à l'espace de co-working Co-factory

Quand : le samedi 22 juin de 10h à 12h.

Nombre de place limités à 5 personnes.

Tarif : 35€

Renseignements et inscription par mail : sophieaunaturel@gmail.com


Nombre de visites

Animation "ménage au naturel" - France 3, janvier 2014

Contacter Sophieaunaturel

Nom

E-mail *

Message *