jeudi 26 mars 2015

Zoom sur le beurre de Karité, ou l'invitation au voyage...

Le beurre de karité, vous connaissez ?

Le karité est un beurre végétale, c'est-à-dire, issue d'une plante ou d'un arbre. Le mot karité veut dire « arbre à beurre » en wolof.
Il est obtenu à partir de la noix de karité, comparable à un noyau d'avocat. 

Cette noix, on la trouve dans certaines régions d'Afrique, comme au Burkina Faso. Selon sa provenance, d'ailleurs, le beurre sera de qualité différente : à l'est, comme en Ouganda, vous trouverez le karité nilotica, très tendre, qui est un délice pour la peau, avec un effet gras qui disparaît très vite.  La qualité d'un beurre de karité aussi dépend du lieu de provenance de la qualité des amandes et du mode de production du beurre (traditionnel, mécanisé / semi-mécanisé, ou industriel).
En Afrique, le beurre de karité est utilisé en cuisine, pour faire cuire ; en beauté ; et même pour la santé.

Mais comment fait-on pour obtenir un beurre à partir d'une noix ?
Les producteurs cueillent ces noix, en retirent l'écorce pour obtenir le fruit à l'intérieur (comme une amande), qui est lavé et séché. Ces amandes sont ensuite pressées pour obtenir un beurre qui garde toute ses propriétés. Cette méthode est la plus "puriste". Il en existe d'autres, moins respectueuses du produit, comme l'extraction avec des solvants (plus économique et productive).
(photo Ceci.ca)

On obtient ainsi un beurre blanc, au touché assez gras, riche en acide oléique. Cet acide gras est intéressant car il a une bonne affinité avec notre peau : il est présent dans le sébum qui constitue la barrière protectrice de la peau.

Lorsque vous mettez du karité dans votre main, il se liquéfie, en version huileuse. En hiver, avec le froid, le beurre se durcit. Il a un point de fusion (température à laquelle il se liquéfie) entre 28 et 35°.
Appliqué sur la peau, avec un doux massage, le beurre de karité renforce le film hydrolipidique (ou barrière protectrice). Il participe au maintien de l’élasticité, donne de la souplesse et hydrate la peau.
Après avoir utilisé le karité, vous verrez que votre peau est nourrie et protégée. C'est particulièrement intéressant pour les peaux très sèches.
Le karité a des bienfaits pour la peau :
Je l'utilise pour le visage, plutôt en période de forte température (hiver bien froid, ou été bien chaud) en après solaire (recette d'après-solaire au karité, très sympa ICI) ou baume nourrissant. Il répare la peau et la régénère : ) C'est un soin qui s'utilise même sur bébé !

Pour le corps, la karité sera plutôt un ingrédient utile au massage. On peut d'ailleurs faire des recettes rigolotes de bougie de massage : ICI.


Il est aussi utile pour les lèvres, quand elles sont très abîmées, c'est parfait en réparateur. Vous en mettez une petite couche avant de dormir, et vous verrez l'effet nourrissant le lendemain ! Recette de baume au karité/calendula : ICI.

Le karité s'utilise aussi pour les cheveux. Je dirai, pour mon cas, avec des cheveux raides et fins, je préfère l'huile de coco, qui est plus light en touché. Le karité est quand même top pour les cheveux très secs, abondants, frisés, crépus. Il hydrate à merveille !

Côté usage, il peut être utilisé pur, en massage.
La façon la plus fréquente de le travailler est en trituration, c'est à dire en malaxant le beurre pour l'assouplir, et on y ajoute des huiles végétales ou eaux florales, car il a la propriété, avec l'acide stéarique contenu dans le karité, d'être aussi un peu émulsifiant (permet de mélanger huile et eau).
Vous trouvez aussi quelques recettes de chantilly de karité : il suffit de fouetter un batteur de cuisine le karité un bon quart d'heure pour obtenir une mousse sympa à utiliser ! Recette : ICI

J'aime beaucoup le karité, un peu à la manière de la Madeleine de Proust : j'ai eu le plaisir d'aller deux fois en Afrique il y a quelques années (Togo, et Congo-Brazza). Dans les deux pays, j'y ai vu du karité, vendu sur les marchés locaux. J'ai encore en tête des images de karité vendu en sachet noir par une gentille marchande, ou même encore dans un village du Togo, une maman qui massait de manière tonique son bébé au karité. Alors l'odeur... moi, j'aime bien (Madeleine de Proust).
J'ai eu la chance de recevoir un pot de karité de la part de Terre de senteur en et bien... je suis repartie en Afrique, rien qu'avec l'odeur ! Le touché du karité est très solide. A l'usage, il laisse il film protecteur, sans donner un effet gras. L'odeur est superbe, vanillée...

Le dirigeant de Terre de Senteur a de forts liens avec le Burkina Faso et y a créé une association qui s'appelle Touadola (l'Homme est Bon). C'est une association familiale. Leur but n'est pas de faire du volume mais du "haut de gamme" et d'avoir des rémunérations correctes pour tous. Ils produisent donc que ce dont ils ont besoin et à un prix supérieur à celui du marché.
En France l'entreprise qui le vend est Terre de Senteurs crée par le beau-fils de la présidente de Touadola. L'association locale a été créée en commun. A terme, ils envisagent de créer une gamme cosmétique à partir de ce beurre.
Pour l'extraction du beurre, elle se fait sans solvants. C'est une extraction à froid qui permet de garder les principes actifs du produit.
Vous le retrouvez sur leur site www.terredesenteurs.com . Le site n'est pas super ergonomique, il faut farfouiller un peu pour trouver le karité. On le trouve ICI. Le site est doublé par une boutique physique à Mirepoix dans l’Ariège.
Côté tarif, le positionnement est haut de gamme avec 150g pour 17€. Le prix de la qualité ?!


vendredi 13 mars 2015

Gobi : un bon plan pour limiter les déchets de bouteilles en plastique

J'ai participé à un  salon « mieux vivre au naturel », organisé par l'association des 7Lieux début mars. 

J'y allais pour y faire deux conférences-démonstrations sur «comment fabriquer soi-même ses produits ménagers », et une seconde intervention en cosmétiques naturels.
Le salon était très familial, avec une partie stands, et une partie conférences. Les stands concernaient le plus souvent des approches santé alternatives comme la naturopathie, la kinésiologie...
Je me suis bien retrouvée avec les différents stands autour du traitement des déchets, tenus par la MEL (ou ancienne Lille Métropole Communauté Urbaine) ; ou encore le stand de sensibilisation d'étudiants en environnement (ISA). C'est là que j'ai trouvé un nouvel objet, qui va devenir mon « nouveau copain de sac ».
 Vous connaissez le GOBI ?
C'est un nouvel outil pour lutter contre les déchets, notamment des bouteilles en plastique, qui, finalement sont loin d'être toutes recyclées.
Je ballade souvent une petite bouteille d'eau. Elle finit la plupart du temps en cadavre dans ma voiture, après 3 ou 4 utilisations. Je le sème un peu partout, après les avoir vidé/remplies. Mais, en finalité, elle finit bien à la poubelle.
Là, cette petite bouteille, appelée GOBI est très astucieuse :
  • elle est légère (vide ou pleine),
  • elle est pratique, avec un bouchon en forme de petite tasse à café. Là, c'est très bien pour la maman que je suis... Combien de fois j'ai prêté mes bouteilles d'eau à mes enfants assoiffés, et ils me laissent au passage des p'tits poissons (comme ils disent) dans ma bouteille. Beuurk ! Avec la Gobi, ils se servent avec le bouchon-tasse, et j'évite ainsi un sacré désagrément !
  • La petite hanse au bouchon la rend pratique à prendre en main, à balader.
  • Le bouchon semble bien hermétique, important pour une bouteille de sac à main : )
  • J'aime bien la texture assez solide de cette petite bouteille. J'ai déjà eu l'occasion de tester une gourde qui filtrait les boissons, mais sa texture souple la rendait moins solide, avec une moins bonne prise en main.
  • Elle se lave facilement, notamment en machine à laver,
  • Le petite plus sympa et original : elle est personnalisable ! On peut intégrer au centre de la bouteille une jolie étiquette, qui fait effet loupe dès qu'il y a de l'eau dedans. Sur le site de la marque, vous trouvez un tas d'étiquettes originales, comme les phosphorescentes pour retrouver sa bouteille dans la nuit, les étiquettes spéciales papa... Pour ne rien gâcher, cette bouteille est jolie, avec un fond de bouteille coloré. J'ai choisi « rose fille » !
  • Et pour les allégations, vendues par le fabricant : c'est une bouteille dans BPA, made in France.
  • Pour le p'tit clin d'oeil, on peut télécharger une application eaupen.net, qui nous donne des adresses où l'on peut recharger en eau sa bouteille. Pratique quand on est en ballade et... assoiffé ! Bon, pour l'instant, ça ne marche que dans certaines villes (Paris, Nice par exemple), peut-être bientôt sur Lille ???
  • Le site begobi.com permet de sensibiliser sur l'utilisation de bouteille lavable plutôt que du jetable. D'ailleurs, on peut trouver sur le site le nombre de kilo de déchets économisés, comme plus de 5 millions de bouteilles plastiques non utilisées !
Quelques désavantages (quand même!) :
  • elle ne contient « que » 40 cl au lieu d'un ½ litre « conventionnel » ; un peu court, parfois.
  • il est déconseillé d'y mettre du chaud, comme dans tout plastique d'ailleurs,
  • elle se trouve à 15€ pièce, qui est un prix assez élevé quand on veut équiper sa famille... J'ai vu un pack à 80€ pour 5 + 1 gratuite.
Pour trouver son gobi, c'est sur www.boutique.gobilab.com

En tout cas, depuis que je la ballade en RDV ou réunion, elle attise la curiosité cette petite bouteille : )

Nombre de visites

Animation "ménage au naturel" - France 3, janvier 2014

Contacter Sophieaunaturel

Nom

E-mail *

Message *