lundi 21 août 2017

Découverte d'une belle gourde : la friendly de Gaspajoe !

Je suis une utilisatrice convaincue de gourde depuis quelques années. Plus de bouteille d'eau à la maison, une sacré économie pour mon porte feuille et ma poubelle est vraiment allégée !

J'ai commencé par la Gobi, mais, en matière plastique, elle a explosé en vol après 2 ans de bons et loyaux services. Fort de cette mauvaise expérience, les gourdes en inox me semblent la solution la plus durable. C'est aussi une solution plus vertueuse pour ma santé : pas de transfert de matière en cas de chaleur (contrairement au plastique et l'alu) ; pas de goût, hygiénique.


J'ai découvert la marque Gaspajoe, une petite entreprise française qui fait un sacré de travail dans la qualité de ses gourdes, à plusieurs niveaux :
  • la matière, y compris celle de ses bouchons avec des matières sans BPA,
  • l'esthétique : les gourdes ont de jolies formes, plein de coloris sympas. Ma gourde (friendly isotherme) ne passe pas inaperçue de ce fait ! 
  • le choix est important dans les tailles, les formes, les graphismes,
Crédit photo Gaspajoe
  • il existe différentes solutions de bouchons (et même pour les mini-enfants), d'étuis à gourde, de sacs de transport, d'infuseurs... Bref, je peux personnaliser ma gourde à souhait ! Ils sont forts !!
Exemples de bouchons - Crédit photo Gaspajoe


Ce qui est vraiment important pour moi, c'est l'étanchéité : je ballade tous les jours ma gourde dans mon sac à main, voir mon sac à ordi ! Pas le droit à l'erreur / à la fuite intempestive ! 

La gourde Friendly, ce que j'apprécie,  : 
  • elle est jolie, et donne envie de la sortir de son sac à main.
  • j'aime bien son côté pratique avec deux ouvertures. Bonne idée d'avoir accroché le petit bouchon. Me connaissant, je l'aurai perdu lors d'une vaisselle ou remplissage ! Au moins, pas d'oubli !
  • le poids dans le sac est accessible (équivalent d'une bouteille d'un litre : 700 ml de contenant + 300g de gourde),
  • la bonne contenance pour aller ballader,
  • pratique, en été, le côté isotherme,
  • une gourde en inox, robuste, durable et recyclable,
  • la possibilité
  • de faire évoluer la gourde (filtre à thé, bouchons par exemple).
  • le"test fuite" semble concluant : pas de mauvaise surprise pour le moment.
Ce que j'aime moins :
Juste un détail : le petit bouchon nécessiterai un peu d’arrondi, moins de rugosité pour permettre un meilleur confort lorsqu'on boit.



Crédit photo Gaspajoe
Comme cette gourde est doté d'un filtre, il est possible de réaliser quelques recettes d'eaux aromatisées naturellement. Voici quelques recettes super simples et délicieuses :

L'infusion de l'écorce de citron (bio), bien plus goûteuse que la chaire du citron. Le principe : prélever un peu d'écorce de citron avec un économe, placez-les dans le filtre de la gourde. Ajoutez de l'eau et laisser infuser au moins deux heures.

L'incontournable menthe-citron : dans le filtre, placez quelques tranches de citron, et quelques feuilles de menthe juste cueillies. L'idéal est de laisser infuser dans une eau assez fraîche. Cette boisson est un délice, très agréable pour l'été !

L'originale Concombre-basilic : toujours avec des ingrédients bio !! Découpez quelques lamelles de concombres avec un économe. Ajoutez quelques morceaux de citron vert et 5/6 feuilles de basilic froissées. Mettez le tout dans le filtre, à infuser dans de l'eau fraîche  au moins deux heures !

La réparatrice, après l'effort : dans le filtre, placez une bonne cuillère à soupe de noix de coco, ½ branche de céleri bio découpée en morceaux et ½ orange bio. Ajoutez de l'eau fraîche et laissez infuser quelques heures. Cette boisson est à boire après un effort physique, genre footing au bord de mer !
Les idées de recettes sont, pour la plupart issues de ce bouquin : eau détox, Edition Marabout (7€99).


Et comment je fais pour acheter ma super gourde ?


Plusieurs possibilités :
- Vous êtes pressé, ce sera sur le site internet www.gaspajoe.fr, avec la boutique en ligne. Au passage, le site est très bien fait pour expliquer les caractéristiques de chaque gourde, bouchon...  Facile !
Vous trouverez des gourdes de 19€90 à 32€90, un bon investissement !

- Vous souhaitez découvrir « en vrai » les gourdes, avoir un conseil avisé, vous pourrez retrouver l'équipe GASPAJOE au salon Naturabio de Lille du 24 au 26 novembre 2017.

Et vous, vous l'avez votre Gaspajoe ? Vous en pensez quoi ?









vendredi 28 juillet 2017

Je suis adhérente d'une AMAP, retour d'expérience...

Voila quelques années que la question de l'AMAP nous titillait : manger des légumes, plutôt bio ou en agriculture raisonnée, de saison ; soutenir un agriculteur... Nous avons failli adhérer à l'une d'elle mais finalement, trop loin, pas toujours dispo le soir de la collecte.
Et voilà qu'une AMAP voit le jour à moins d'un kilomètre de chez moi ! Banco, on adhère !
un exemple de panier - Crédit photo Ryad le jardinier
Une AMAP (Association de Maintien de l'Agriculture Paysanne), c'est quoi ?
Pour nous, c'est l'idée de bénéficier d'un panier de légumes par semaine, fraîchement cueillis. C'est aussi l'idée de rencontrer du monde, notamment les autres adhérents.
Pour l'agriculteur, (le « notre », c'est Ryad le Jardinier), c'est un modèle économique rassurant qui lui permet d'être payé au juste prix, et tout au long de l'année. Une association a été crée, Biomap, pour permettre la gestion de nos paniers tout au long de l'année.
La parcelle à Wavrin - Crédit photo Ryad le jardinier

Ce qui me plaît :
Je suis une jeune adhérente (2 mois), mais j'ai déjà découvert des légumes que je n'achète pas habituellement comme le chou-rave ou les navets. En principe, je ne suis pas fan, mais j'ai papoté un peu avec les adhérents et trouvé des recettes en salade, cru, simple et délicieuses !
J'ai aussi découvert une nouvelle salade, le pourpier, un régal !
Pourpier - Crédit photo Ryad le jardinier

J'ai fait de délicieux gratins de courgette, ou de cote de blette !
La découverte de ces nouveaux légumes me pousse développer ma créativité culinaire !

Crédit photo Ryad le jardinier
Là où Ryad est fort, c'est qu'il est passionné par la terre et nous transmet sa passion. Il semble bien gérer sa production, avec contrairement à ce que je pensai, pas mal de variétés de légumes. 

Crédit photo Ryad le jardinier
A ce jour, j'ai goûté : différentes salades, courgettes longues/rondes, haricots verts, choux-rave, navet, des plantes aromatiques, côte de blette rouge et des blanches, des épinards... A venir : les tomates, aubergines, du piments, et plein d'autres légumes surprise !

Crédit photo Ryad le jardinier
Ce qui me plaît aussi, c'est le lien social : Ryad est bavard, et c'est toujours sympa de papoter recette, évolution du champ... et de même, j'espère, un de ces jour donner un coup de main pour une cueillette, ou autre chantier !
J'aime bien aussi l'idée de faire « ses courses » et de rencontrer du monde. J'ai d'ailleurs revu une ancienne collègue, Sonia, ou une partenaire pour qui je travaille en animation, Marie Noëlle.

Ryad et son asso ont a cœur de partager leur savoir ou ceux de leur réseau. Il sera prévu des cueillettes dans le champs en mode « vis ma vie », des ateliers cuisine, des animations aroma. Il s'est même déjà organisé un atelier cosmétique et ménage au naturel. Ça bouge dans le bon sens !

Pour adhérer :
l'AMAP est toute jeune, avec une distribution les lundis soirs à Hem (quartier Lionderie) de 18h30 à 20h et Roubaix le jeudi (place de la médiathèque) ; il reste encore quelques places disponibles.
Si ça vous intéresse, contactez Jocelyne, qui gère pour l'association les contrats d'adhésion, et le lien avec les Amapiens.
Son mail : biomap59@gmail.com
Pour découvrir leur univers : page facebook de l'AMAP ICI et celle de Ryad le jardinier ICI

Et ça nous coûte :
nous nous sommes engagé à payer un panier par semaine, pendant 9 mois. Nous avons démarré, prudent par un "panier moyen", à 8€ par semaine.
Le plus grand coûte 15€.

Au delà du prix, c'est bien sûr autre chose que nous recherchons : de bons légumes frais, locaux, de saison ; des rencontres ; découverte du champs... Bref une nouvelle façon de consommer très enrichissante !



mardi 18 juillet 2017

Pique-nique zéro déchet, en 10 astuces simples

Comment fait-on un pique nique zéro déchet ?

Voici quelques principes de base :

Penser durable / réutilisable, plutôt que le jetable !

Quelques exemples concrets :


1/ pour la vaisselle, j'évite les assiettes jetables. L'alternative est de prendre la vaisselle de la cuisine, ou celles du camping, qui sont réutilisables. Pour les couverts, je prends ceux de tous les jours ! 


2/ pour les verres, j'aime bien prendre ceux qu'on nous offre en concert, l'éco-cup. Elles sont légères et pratiques à emmener.


3/ pour emporter les sandwichs, au lieu de les emballer avec du cellophane ou de l'aluminium (produit des déchets), quelques alternatives :
Vous pouvez fabriquer vous-même votre film alimentaire en enduisant de la cire d'abeille sur un linge en coton. Le tuto : ICI

Autre alternative, utiliser une ancienne toile cirée, qui a l'avantage d'être imperméable. Pour un pique nique sans déchet, j'emballe les sandwichs de mes enfants dans une toile plastifiée, munie d'une fermeture en scratch, bien pratique pour fermer. Je l'ai trouvée sur le site toutallantvert.com pour moins de 10€. Elle a l'avantage d'être réutilisable à souhait et peux même servir de set de table !




4/ Pour l'eau, évitez les bouteilles plastiques, bien polluantes à terme. L'idée est d'apporter une gourde réutilisable, ou bien une simple bouteille en verre. Infos sur les gourdes ICI.


5/ Pensez aussi à amener de bonnes vieilles serviettes de table en tissus pour essuyer les p'tites bouches souillées, sans jeter ! J'ai acheté une couleur par membre de la famille, à moins d'un euro la serviette ! Mes enfants adorent :)


6/ A ce jour, les sacs en plastiques sont retirés du commerce. Le must have est donc de sortir vos tot bags, ou sac en tissus. Ils seront bien pratiques pour transporter les couverts, voir le pique-nique complet ! Vous pouvez même fabriquer le votre avec vos chérubins, easy et sans couture : ICI

7/ Il existe la gourde pour compote réutilisable, par exemple, la marque Squiz. Elle évite les fameuses pom'pote jetable. Ces gourdes sont à remplir avec une compote de votre choix et réutilisable des dizaine de fois. Pratique et moins cher à terme !

Cuisiner, faire soi-même ! et zou, dans des bocaux en verre


8/ Préparer vos salades dans des bocaux en verre : au fond, vous placez la vinaigrette, ensuite du riz ou des pâtes, et enfin vos légumes. Il ne vous reste plus qu'à mélanger le tout en secouant votre bocal au moment du repas.



9/ Pour le dessert, un bon gâteau (au chocolat, le préféré de ma fille !) à partager, c'est bien apprécié ! Il reste dans son moule, muni d'un couvercle, c'est simple ! Et cerise sur le gâteau, transporté avec un porte-plat en tissu, fait maison !


Et sinon... achetez en zéro gaspi

10/ Pour ceux qui n'ont pas le temps de cuisiner, il existe une appli bien sympa Too good to go. Elle vous permet d'acheter les invendus de votre boulanger préféré, juste avant la fermeture, à moitié prix. Tout le monde est content : le commerçant, qui évite de jeter ; le client qui achète pas cher ! Je l'utilise de temps en temps, d'autant que cette appli se développe de plus en plus en France.


Et si vous avez envie d'aller plus loin, allez faire un tour au picnic zéro déchet organisés par la gentille youtubeuse Laetitia (le corps, la maison, l'esprit). Elle passe à Roubaix fin août. Les dates : sur sa page facebook ICI

vendredi 7 juillet 2017

Les Tendances d'Emma, des solutions lavables, vers le Zéro déchet !

Aujourd'hui, je souhaite vous présenter une entreprise qui œuvre concrètement pour la diminution des déchets : les tendances d'Emma.

Une belle entreprise
C'est une  structure avec une belle histoire et de vraies valeurs ! 
Photo : Tendances d'Emma
Emma est maman de 3 enfants, et du haut de ses 40 ans, elle souhaite s'engager « pour de vrai » afin de prendre soin de la planète. Une grande dame ! J'ai échangé près d'une heure avec cette entrepreneure. Elle déménage : pleine d’énergies et d'idées innovantes !
Son idée : proposer des alternatives durables, aux produits jetables.


Cette entreprise est exemplaire par le type de produits proposés.
Savez-vous, qu'un simple tee-shirt en coton de 150g demande près de 175 000 litres d'eau rien que pour la culture du coton !
Alors, lorsque vous évitez d'utiliser du coton jetable, ça vaut le détour !

Ensuite, "Les tendances d'Emma" a développé un modèle économique avec des valeurs sociales fortes. La plupart de la production est réalisée par des détenus, ou des personnes handicapés qui travaillent dans des ESAT.
Côté pollution, un maximum de la production et de l'emballage est réalisé dans une zone géographique restreinte afin d'éviter des déplacements polluants.

Sur la E-boutique Les Tendances d'Emma vous trouverez, par exemple, des lingettes démaquillantes à réutiliser, des lingettes lavables pour bébé en tissu coton, et même des solutions pour le ménage.



Un de mes coup de cœur est le carré démaquillant en eucalyptus. Il est d'une douceur incroyable, comme un doudou ! Un recto pour enlever le maquillage, le verso pour le surplus de démaquillant (pour moi, juste de l'huile végétale). J'utilise les carrés lavables depuis plusieurs années, et c'est la première fois que j'en trouve un si facile à nettoyer ! Chapeau ! En plus, acheté en coffret (Kit Eco Belle bois), le filet pour la machine à laver est fournit. Le principe : après usage, stockage dans le filet. Lorsque le filet est bien remplit, zou, à la machine. En lavant dans le filet, ça évite d'égarer (comme les chaussettes orphelines) vos carrés de démaquillage.

Comme le carré démaquillant, le protège slip lavable, est une vraie réponse pour éviter les déchets. Ils sont pratiques, avec deux pressions différentes. La texture est fine et douce. Une bonne alternative aux jetables. C'est, encore une fois, d'une qualité supérieure à ce que j'ai déjà testé en lavable.
J'aime bien l'idée de le proposer en kit, avec la cup (coupe menstruelle, qui remplace les tampons tant décriés en ce moment...). Judicieuse idée !

L'univers du bébé à l'enfant. 

Je trouve que c'est vraiment intéressant de se pencher sur la question des lingettes, parce que lorsqu'on regarde de près les étiquettes des lingettes jetables, c'est pas très rassurant ! (article ICI)
Pour moi, une bonne lingette lavable et du liniment (recettes ICI et ICI) représente une alternative, simple et saine !


Les kits Ecochou proposés par Emma sont bien pensés :
  • la boite, pour ranger de manière jolie et pratique sur la table à langer,
  • une couleur par usage (nettoyage des p'tites fesses, du visage...), ou par enfant
  • le fameux filet pour la machine à laver.
Les Tendances d'Emma propose aussi une belle serviette pour le lange, (50 X 70cm) pour les mamans tout terrain ou Nomades. De quoi changer bébé en toutes circonstances !


Le dernier univers concerne l'entretien de la maison.
Photo : Tendances d'Emma
J'ai testé une super lingette appelée « Brille tout », dédiées au nettoyage des vitres. Elle est bluffante ! Il suffit de l'humidifier légèrement pour nettoyer les miroirs et vitres. La promesse est tenue : ça brille, juste avec de l'eau ! Ça motiverai presque à faire la corvée des vitres !


J'aime bien aussi le savon détachant, simple d'usage et efficace. Je recommande pour les tâches (celles que font les enfants - herbe, chocolat et sauce tomate- et même pour les couches lavables ). 
Côté emballage, la palme pour le savon, face au K2* détachant et sa bouteille en plastique ;)

Surprise du jour : En 2017, code promo de 10% en commandant sur le site avec sophieaunaturel

Plus d'informations : lestendancesdemma.fr


dimanche 25 juin 2017

Un déodorant en baume karité-coco

J'avais envie de réaliser un déo en forme de baume. J'en ai testé un du commerce assez satisfaisant. La liste des ingrédients était assez simple. Comme j'aime bien être autonome, je m'en suis confectionné un...


Ingrédients pour 30 ml :
  • 7g de beurre karité : pour la texture
  • 8g d'huile liquide : noyau d'abricot, par exemple, pour la texture
  • 7g d'huile de coco : texture fondante, a aussi des propriétés anti-bactérienne intéressantes pour un déo,
  • 6g de bicarbonate de soude, le plus fin possible : anti-bactérien, lutte contre les odeurs
  • 2g d'argile : agent absorbant
  • 2,5g de cire d'abeille : agent durcisseur
  • 3 gouttes de vitamine E : conservateur
  • Parfum (facultatif, HE à éviter pour les femmes enceintes) : 1 goutte de chaque (pas plus !) huile essentielle (HE) de palmarosa, lavande et géranium rosae.

Coût de la recette (avec flacon) : 1,2€

Ustensiles : un mini pot en verre (30ml), une casserole pour le bain marie, une cuillère, une spatule, un bol, une balance précise, alcool pour désinfecter.

La recette pas à pas :

1/ Désinfectez les ustensiles, le flacon, plan de travail à l'alcool.
Pesée de la cire d'abeille

2/ Pesez la cire, le karité et l'huile de coco. Placez le tout au bain marie.

3/ Pesez l'huile et réservez.

4/ Pesez les poudres : argile et bicarbonate de soude.

5/ Une fois le bain marie pratiquement terminé, ajoutez l'huile liquide.

6/ Lorsque le mélange est homogène, retirez du bain marie et ajoutez les poudres en mélangeant régulièrement. 
Si vous ne faites pas preuve de patience, il est possible d'utiliser un bain marie d'eau froide pour accélérer le durcissement.

7/ Lorsque le produit commence à se solidifier, vous pouvez ajouter les huiles essentielles, la vitamine E, et mélanger.

8/ Versez dans votre petit pot et laissez solidifier.



Mon avis : un baume sympa, facile à réaliser et qui fait son travail de déodorant ! Il est possible de personnaliser les odeurs à sa guise. J'aime bien !

vendredi 9 juin 2017

Test de la lessive (gratos) à base de lierre

Voici la dernière trouvaille du moment : la fabrication de la lessive à base de lierre. 



J'ai vu passer quelques recettes inspirantes ICI par exemple, alors, en petite curieuse, j'ai voulu tester cette nouvelle recette de lessive au naturel.

Quel lierre ?
Il existe le lierre rampant et le grimpant. Le second (hereda helix) est plus riche en saponine, un savon naturel. Pour réaliser votre recette, levez les bras pour la cueillette !

Les ustensiles :
  • une casserole,
  • une bouteille (préférence verre)
  • un filtre + entonnoir


Les ingrédients :
  • 1 litre d'eau,
  • une cinquantaine de feuilles fraîches pour un litre (doubler, ou triplez si vous fabriquez une plus grosse dose de lessive), à cueillir dans les jardins ou au grès de vos ballades !
Coût des ingrédients : 0€ ! 


La recette, pas à pas :
  • Nettoyez vos feuilles à l'eau claire,
  • Versez les feuilles dans l'eau et faites bouillir la préparation pendant une quinzaine de minutes. Maintenez un couvercle pour éviter trop d'évaporation. Après les 15 minutes, laissez infuser jusqu'à son complet refroidissement (plusieurs heures !)

  • Filtrez votre préparation et versez-la dans votre bouteille.
Entonnoir + filtre à café + bouteille en verre
  • En route pour la lessive ! Le dosage, environ 120 ml (une moyenne tasse) par lessive. Pour un litre, je réaliser 7/8 lessives. Il est donc nécessaire de réaliser régulièrement cette recette. Pour ma part, je dois me balader pour trouver du lierre, ou en trouver chez mon voisin. Je suis en train d'en bouturer, histoire d'en avoir à domicile !
Mon avis :
LES +
  • Le nettoyage semble faire effet dans les lessives habituelles. Le linge sort sans odeur particulière (comme celle au savon de Marseille).
  • Voila une lessive facile à réaliser, quasi gratuite et biodégradable.
  • La lessive obtenue mousse un peu, ça lave ! 
  • Pourquoi pas l'utiliser sur d'autres surfaces (carrelage, nettoyant...), étant donné que c'est un savon !
  • Je me dis que cette solution est à prendre quand on est en rade de lessive, en vacances, par exemple ?!
LES -
  • En mesurant le pH, je constate qu'il est neutre (pH7), contrairement à ce que je m'attendais. Cela signifie que la conservation est relativement courte. En effet, au bout de 8 jours, un dépôt blanc apparaît, ce qui signifie que des bactéries se développent dans ce mélange. La solution est d'en préparer à la semaine, en petite quantité, ou d'ajouter un conservateur.

  • Cette lessive est assez foncée. Je préfère l'utilisez pour les couleurs ou linge foncé. Je ne l'ai pas encore testé sur le blanc...
Précautions :
  • Ne buvez pas cette décoction de lierre, elle est toxique ! Pensez à bien étiqueter votre bouteille de ce fait.
  • Le lierre peut picoter les mains lors de la cueillette et même en décoction. Si vous avez les mains sensible, portez des gants !

Qui a testé cette recette ? Et quel est votre avis ?


Autres pistes de recettes de lessive au naturel : 






au savon de Marseille ICI






en poudre à base de savon à l'huile de coco ICI ;)


mercredi 10 mai 2017

Les sacs compostables et biodégradables en question...

J'ai la chance de connaitre Greta Rezzai, maître composteur dans le Nord : Coté Compost. Greta propose des ateliers sur le sujet. Au fil d'un de nos échanges, nous sommes tombées sur le sujet des nouveaux sacs plastiques à mettre dans le compost supposés être biodégradables. 

Greta m'a mis en garde sur le sujet. Voici son retour de spécialiste : 
GRETA REZZAÏ :
Depuis le 1er janvier, nous trouvons de plus en plus souvent des sacs avec la mention "ok compost" inscrit dessus. On se dit qu’ils vont se composter… Mais dans les faits, ces sacs ne se décomposent pas dans les conditions d’un composteur domestique.
Explications :
A l’interdiction des sacs de caisse à usage unique en juillet 2016, s’est ajoutée le 1er janvier 2017 l’interdiction des sacs plastiques classiques pour les autres usages (pour les fruits et légumes, la boucherie, les blisters pour l’envoi de la presse et de la publicité …). Les seuls sacs encore autorisés sont les sacs en plastique « compostables » et constitués d’au moins 30% de matière biosourcée.
Attention, il y a 2 logos différents :
OK compost                                       

HOME OK compost




« OK compost » se composte uniquement dans les conditions du compostage industriel avec une montée en température importante, des retournements quotidiens…



« HOME OK compost » devrait se composter dans les conditions du compostage domestique… En réalité, une fois au compost ces sacs se contentent de se désintégrer en une multitude de petits morceaux qui ne se décomposent pas par la suite. 
En fait, les tests de compostabilité sont réalisés dans les conditions d’un compostage industriel avec des très grosses quantités de biodéchets… Ces sacs sont constitués en partie de matières biosourcées, c'est-à-dire de matières premières renouvelables : fécule de pomme de terre, algues, amidon de maïs… 
Par ailleurs, les matières biosourcées représentent 30% à 80% de la composition du sac. Le reste est constitué de polymères (plastiques) d’origine fossile (de 20 à 70%). Du stade de leur conception au stade de leur élimination, ces sacs ont un impact sur l’environnement.
En conclusion, les sacs réutilisables sont beaucoup plus écologiques. Idem pour les sacs en papier, qui peuvent se composter rapidement.

La meilleure alternative pour la réduction des déchets est donc évidemment le réutilisable, et notamment les sacs en tissus. En effet, la matière même incite l’utilisateur à y accorder de la valeur, à ne pas les jeter et à les réutiliser.
La plupart des informations présentées dans cet article sont tirées du dossier du mois de février 2016 de l’association ZéroWaste France.


La différence entre « compostable » et « biodégradable » :
Compostable : transformation, dans des conditions contrôlées, de la matières biodégradables en présence d’eau et d’oxygène par le biais de micro et macro - organismes. Le produit obtenu, le compost, est un amendement organique comparable à l’humus très utile en jardinage et agriculture.

Biodégradable : la décomposition d’une matière organique par des micro – organismes dans la nature (bactéries, champignons, etc).


Merci Greta pour cet éclairage ! 

Nombre de visites

Animation "ménage au naturel" - France 3, janvier 2014

Contacter Sophieaunaturel

Nom

E-mail *

Message *