mercredi 10 mai 2017

Les sacs compostables et biodégradables en question...

J'ai la chance de connaitre Greta Rezzai, maître composteur dans le Nord : Coté Compost. Greta propose des ateliers sur le sujet. Au fil d'un de nos échanges, nous sommes tombées sur le sujet des nouveaux sacs plastiques à mettre dans le compost supposés être biodégradables. 

Greta m'a mis en garde sur le sujet. Voici son retour de spécialiste : 
GRETA REZZAÏ :
Depuis le 1er janvier, nous trouvons de plus en plus souvent des sacs avec la mention "ok compost" inscrit dessus. On se dit qu’ils vont se composter… Mais dans les faits, ces sacs ne se décomposent pas dans les conditions d’un composteur domestique.
Explications :
A l’interdiction des sacs de caisse à usage unique en juillet 2016, s’est ajoutée le 1er janvier 2017 l’interdiction des sacs plastiques classiques pour les autres usages (pour les fruits et légumes, la boucherie, les blisters pour l’envoi de la presse et de la publicité …). Les seuls sacs encore autorisés sont les sacs en plastique « compostables » et constitués d’au moins 30% de matière biosourcée.
Attention, il y a 2 logos différents :
OK compost                                       

HOME OK compost




« OK compost » se composte uniquement dans les conditions du compostage industriel avec une montée en température importante, des retournements quotidiens…



« HOME OK compost » devrait se composter dans les conditions du compostage domestique… En réalité, une fois au compost ces sacs se contentent de se désintégrer en une multitude de petits morceaux qui ne se décomposent pas par la suite. 
En fait, les tests de compostabilité sont réalisés dans les conditions d’un compostage industriel avec des très grosses quantités de biodéchets… Ces sacs sont constitués en partie de matières biosourcées, c'est-à-dire de matières premières renouvelables : fécule de pomme de terre, algues, amidon de maïs… 
Par ailleurs, les matières biosourcées représentent 30% à 80% de la composition du sac. Le reste est constitué de polymères (plastiques) d’origine fossile (de 20 à 70%). Du stade de leur conception au stade de leur élimination, ces sacs ont un impact sur l’environnement.
En conclusion, les sacs réutilisables sont beaucoup plus écologiques. Idem pour les sacs en papier, qui peuvent se composter rapidement.

La meilleure alternative pour la réduction des déchets est donc évidemment le réutilisable, et notamment les sacs en tissus. En effet, la matière même incite l’utilisateur à y accorder de la valeur, à ne pas les jeter et à les réutiliser.
La plupart des informations présentées dans cet article sont tirées du dossier du mois de février 2016 de l’association ZéroWaste France.


La différence entre « compostable » et « biodégradable » :
Compostable : transformation, dans des conditions contrôlées, de la matières biodégradables en présence d’eau et d’oxygène par le biais de micro et macro - organismes. Le produit obtenu, le compost, est un amendement organique comparable à l’humus très utile en jardinage et agriculture.

Biodégradable : la décomposition d’une matière organique par des micro – organismes dans la nature (bactéries, champignons, etc).


Merci Greta pour cet éclairage ! 

lundi 24 avril 2017

Zoom sur le nouveau livre : "Objectif Zéro déchet"

La chance ! J'ai eu l'occasion, en présentant ma candidature, de faire partie des blogs sélectionnés (parmi une centaine !!) pour recevoir le bouquin « Objectif zéro déchet » écrit par la blogueuse (et auteure) Monica Da Silva.



Cette jeune maman s'est lancée dans le zéro déchet à l'arrivée de sa première fille il y a 2 ans. Depuis, elle a entrepris différents défis, qu'elle a partagé avec brio sur facebook et sur son blog Le zéro déchet facile. Par ce biais, toute une communauté hyper active est née, avide de partages, bons plans, réflexions sur la démarche Zéro déchet.

Fort de tous ce cheminement, l'écriture d'un bouquin semblait naturel... Enfin, Monica a réalisé un sacré travail ! Près de 300 pages de pistes, trucs et astuces pour motiver les troupes à se lancer.


Voici en vrac, ce que j'ai aimé, en lisant le bouquin « Objectif zéro déchet » :

La progression et les thèmes proposés dans le bouquin :
- Les 20 premières pages portent sur l'utilité de se lancer, au moins, ça pose le cadre ! J'aime bien l'idée de commencer le ZD (zéro déchet pour les intimes) par désencombrer.
Crédit : Zalinka
Là, on y trouve de judicieuses pistes pour éviter d'acheter en masse, et surtout, se débarrasser utilement du trop plein de nos maisons. C'est justement une quête chez moi depuis quelques mois !
Ensuite, les différentes pièces de la maisons sont passées au crible pour toucher du doigt la source des déchets et les alternatives existantes. Évidement, on y retrouve des thèmes qui me sont chers comme le DIY en cosmétiques et produits ménagers. Les recettes sont intéressantes.

Crédit : lereduzerodechet.fr
- C'est la première fois que je vois dans un livre ZD des sujets nouveaux traités comme le réduire ses déchets avec un bébé, du nourrisson au jeune enfant (de la couche lavable au goûter ZD...).
Cerise sur le gâteau, pleins d'idées pour continuer le ZD hors de chez soi : au travail, en famille élargie (pour Noël ou fiestas), et même en voyage !


Une continuité du blog Zéro déchet facile
www.lezerodechetfacile.com
- Il me semble que le livre écrit par Monica semble être un prolongement de son blog, sur papier. J'y ai retrouvé une forte implication de l'auteure : le récit de sa vie, le « je » tout au long du bouquin. Le ton est sympa, accessible et agréable à lire.



- Tout comme dans ses communautés, Monica nous propose des défis selon les thèmes traités. Je trouve que ça permet de transformer l’essaie, de rendre pragmatique la démarche, pas trop théorique.


- J'aime beaucoup la posture de l'auteure, l'exemplarité : donner des pistes, un témoignage permet au lecteur de s'inspirer la démarche sans se sentir jugé. Pour moi, la démarche zéro déchet est un chemin qui prends du temps, pas à pas, alors restons humble !

Et pour aller plus loin...
- A chaque thème traité, de nombreuses astuces sont partagées. Ce qui est bien, c'est que nous avons la possibilité de creuser le sujet avec des bibliographies ou liens sur internet. Je trouve que ça rends le bouquin très complet de ce fait.
J'aime la mise en exergue de certaines astuces au fil du bouquin avec « le conseil malin ».

Et je retiens (à mettre dans ma TO DO LIST) :
  • l'idée de (enfin) créer mes menus à l'avance, ce qui semble représenter un gain de temps, d'argent et permet une meilleure organisation,
  • le QR code à la fin pour y trouver le fichier pour noter mes pesées,

  • le nettoyant à base de lessive de cendre (à tester),
  • creuser le chapitre sur la cuisine où nos efforts ZD sont vraiment perfectibles !
Une remarque (quand même!)
😩
Le sujet m'intéresse (vous l'aurez compris), il est bien traité, par contre, je trouve que le livre manque de visuels, de schémas, d'images un peu attractives. Il est dense, et ça aurait permis d'aérer un peu les pages.

En conclusion

Ce livre est à garder sous le coude au fil de votre cheminement vers le Zéro déchet. Il est tellement riche que dès que vous êtes en panne d'idées ou si vous rencontrez un blocage... feuilletage du livre « Zéro déchet facile » et la solution viendra à vous ! 

Infos pratiques : 
Pour acheter le bouquin : ICI 
 Editions Leduc / Collection "C'est Malin" ISBN : 9791028503277
Sortie en avril 2017
272 pages - 17€ Format : 15X21 cm




lundi 17 avril 2017

Comment utiliser les pissenlits ?

Je ne sais pas chez vous, mais ici, dans nos jardins (du Nord), le printemps amène la fleuraison des pissenlits. Habituellement, je n'en fait rien, mais cette année, j'ai décidé de les utiliser...


Première idée : le miel de pissenlits, appelé aussi Cramaillotte
J'ai trouvé cette recette sur internet, assez simple. L'objectif est de transformer les fleurs de pissenlits en confiture.



La recette :
  • 200 fleurs de pissenlits, soit environ 70g
  • 500g sucre de qualité
  • un citron bio
  • 750 ml d'eau
  • 3g d'agar agar pour assurer le côté gélifiant
Ustensiles : une casserole, 2 pots à confiture de taille moyenne, une passoire, un saladier.
La recette - durée : 30 mn env.
  • Après la cueillette, laissez poser les fleurs 1h ou 2, histoire de les débarrasser des indésirables bébêtes.



  • Nettoyez avec soin vos pots à confiture et les couvercles.
  • Passez les fleurs sous l'eau, et versez-les dans une casserole avec les 750 ml d'eau et le citron découpé en tranches.
  • Laissez chauffer 25 minutes à petits bouillons.
  • Gardez le jus et retirez les fleurs à l'aide de la passoire. Nettoyez brièvement la casserole.

  • Dans le saladier, mélangez le jus de pissenlits avec le sucre et l'agar agar. Versez le tout dans la casserole pour faire chauffer 3 minutes.
  • Après la chauffe, versez dans les pots. La chaleur du mélange permettra de stériliser le pot et assurer sa fermeture hermétique.
Mon avis : la texture est assez gélifiée, et le goût est assez proche du miel. A utiliser dans des yaourts, sur du pain, dans une tisane... Agréable et facile à faire !

Deuxième idée : la salade de feuilles de pissenlits
J'ai trouvé une chouette recette dans un livre intitulé « Cuisine anti-raplapla » qui propose des idées inventives pour cuisiner des fruits et légumes de saisons, crus.


La recette des pissenlits propose de mélanger les feuilles de pissenlits avec un œuf dur et un assaisonnement assez fort.
Le mieux est de cueillir les jeunes feuilles pour la salade.
Mon avis : le goût est assez fort de prime abord, mais avec un bon assaisonnement, la salade de pissenlits devient savoureuse et croquante. Et j'aime bien l'idée de réutiliser des plantes que j'aurai arraché, les prenant pour des nuisibles !

Troisième idée : faire sécher les feuilles et racines, pour en faire des tisanes qui durent toute l'année. C'est diurétique et dépuratif ! D'après le site « jardiner malin », elle apporte de nombreux minéraux et de nombreux bienfaits ICI 
Pour les faire sécher, vous pouvez les laisser à l'air libre quelques jours. Autre possibilité, pour les plus pressés, vous pouvez les mettre au four à basse température (40° pendant 2h environ).
ICI, quelques pistes pour différentes méthodes de séchage de fleurs.


Quatrième idée : le purin de pissenlits, comme engrais dans le jardin
Les fleurs de pissenlits sont mellifères, c'est à dire qu'elle attirent les abeilles qui les transforment en miel.
Le purin de pissenlits s'utilise comme engrais qui favorise la croissance des plantes. Pour cela, vous pouvez cueillir 75g de plantes, à laisser macérer dans 500ml d'eau (ou carrément en seau si c'est pour le potager, en augmentant proportionnellement les quantités). Vous laissez macérer pendant 10 jours. A l'issue, vous filtrer la préparation. Pour utiliser le purin, vous diluez 250 ml du purin de pissenlits par litre d'eau.
Ma copine Coralie, spécialiste du jardin utile (sa page facebook ICI), me disait que les pissenlits dans un jardin sont le signe d'une terre compact.

Cinquième idée : le vin de pissenlits – idée soufflée par Fanny Clément, podologue-naturopathe dans le Nord
Voici une recette de Marmiton, avec des ingrédients accessibles, mais pas mal de travail de cueillette et d'attention ! 

NB – avec cette recette qui nécessite beaucoup de fleurs, peut-être qu'il ne restera plus de pissenlit dans votre jardin ?!


NB 2 – si vous avez des enfants, la chasse aux pissenlits, avec concours du meilleur cueilleur peut-être rigolo, ou bien sans enfant, en méditant...

NB 3 - et si vous avez d'autres usages avec le pissenlit, c'est l'occasion de partager vos idées dans les commentaires !! 

vendredi 17 mars 2017

Roll-on minute, pour le contour des yeux

Ahhh, le contour des yeux, pas facile d'en prendre soin. Je constate régulièrement des cernes, ou même des ridules qui apparaissent.
L'enjeu sur les cernes est d'activer la circulation. Le bleu ou marron des cernes est en fait du à une circulation sanguine un peu défaillante. C'est d'autant plus visible à cause de la finesse de peau spécialement à cet endroit.

J'ai donc choisi de me confectionner un soin facile, rapide à réaliser et en même temps, efficace.
J'aime bien la version roll-on, facile à étaler, et qui permet de réaliser en même temps un effet massage.

Voici la recette...

Ingrédients :
  • 3 ml d'huile de macadamia : huile sèche, qui stimule la micro-circulation,
  • 3 ml d'eau florale d'hélichryse : odeur de curry, cette plante permet aussi d'activer la circulation, donne un petit coup de fouet,
  • 4 ml d'aloé vera : effet tenseur, réparateur. La texture gel permet de faciliter le mélange.
  • 3 gouttes de cosgard : conservateur phases aqueuses
  • facultatif : une goutte d'HE d'hélichryse, pour booster la micro-circulation, seule huile essentielle acceptée à proximité de l’œil. Attention, une goutte, pas plus !
Coût des ingrédients : 0,80€ pour 10ml

Ustensiles :
  • un bécher pour le mélange
  • une seringue graduée pour la mesure des « petites quantités »

  • un roll-on, de préférence en verre, de 10 ml

  • un fouet manuel ou électrique (à privilégier, type mixeur pour cappuccino)
La recette, pas à pas :
  • Désinfectez le bécher, la seringue, le roll-on à l'alcool. Essuyez bien.
  • Mesurez les ingrédients un à un et versez-les dans le bécher.
  • Mixez de manière active.
  • Avec la seringue, transférez dans le roll-on. Fermez.


Mon avis : la texture est parfaite pour le roll-on, assez fluide et épaisse. Je sens que ça travaille sous le contour des yeux. Je l'applique matin et soir, plus efficace de faire pénétrer avec un léger massage. Simple, facile à réaliser, rapide... Recette validée:)



Si vous n'avez pas les ingrédients, ou n'aimez pas l'odeur de l'hélichryse, voici une autre recette spécial contour des yeux : ICI

vendredi 10 mars 2017

Le vinaigre blanc, mon ami pour le ménage

Une fois n'est pas coutume, je vais zoomer sur le vinaigre blanc.

J'ai souvent des retours, dans mes ateliers de personnes qui ne supportent pas l'odeur du vinaigre blanc.
Pourtant, c'est un ingrédient indispensable pour faire le ménage avec des produits plus sains.
Le vinaigre s'utilise en guise de désinfectant. Son pH acide le rend très efficace contre les microbes.
Il est couramment utilisé pour détartrer les cafetières et autres bouilloires ; il fait briller les miroirs, et c'est aussi un très bon détachant. Sachez qu'il existe encore de nombreux usages pour ce fameux vinaigre. Des auteurs en ont écrit des bouquins complet ! Comme celui-ci, par exemple...

A la maison, je me confectionne un spray multi-usage pour tout nettoyer à base de vinaigre. 

Voici ma recette :
Spray multi-usage au vinaigre 

Ustensiles : un flacon spray (en récup, très bien !), un entonnoir
Les ingrédients, pour un flacon de 250 ml :
  • 100 ml d'eau
  • 150 ml de vinaigre
  • 3 gouttes de liquide vaisselle à une cuillère à café (selon l'usage)
  • 3 gouttes d'HE menthe, ou pamplemousse, ou citron
La recette, pas à pas :
Dans un flacon de 250 ml, aidé de l'entonnoir, vous versez 3 gouttes de liquide vaisselle, 3 gouttes d'huile essentielle pour l'odeur, 100 ml d'eau pour 150 ml de vinaigre. Finito ! Durée : 1 minute ! 

Coût de la recette (flacon 3€, sinon gratuit en récup) : 0,15€ !

A noter : au plus vous ajoutez du savon, au plus il va être nettoyant. 3 gouttes, pour nettoyer les vitres, une cuillère à soupe pour un nettoyant de surfaces.

Mon avis : Ce petit spray est magique. Je l'utilise partout : en pschitt sur la table de la cuisine, les plans de travail, les éviers salle de bain / cuisine, et même sur la lunette des toilettes ! Ce spray est un nettoyant-désinfectant-qui fait briller !

Revenons à l'odeur du vinaigre, pas toujours appréciée. Voici quelques solutions :
    1/ verser 2- 3 gouttes d'huile essentielle dans le vinaigre pour casser l'odeur un peu forte. Je vous préconise de la menthe, du citron, ou du pamplemousse, passe partout et pas trop chère.

    2/ si vous ne souhaitez pas utiliser des huiles essentielles, vous pouvez créer des macérats de plantes ou pelures de fruit dans votre vinaigre.
    La recette : vous prenez des pelures d'orange, bio de préférence. Vous les placez dans une bouteille en verre, ajoutez le vinaigre et laissez macérer pendant 3 semaines. Après ce délais, le vinaigre prendra la couleur et l'odeur du fruit.

    Macérat d'écorces d'orange bio
     Au bout de 3 semaines, vous filtrez avec un entonnoir et un filtre à café.
    Entonnoir, filtre à café pour filtrer la macérat vinaigré

Vous pouvez faire la même opération avec des plantes aromatiques comme la menthe, le laurier, la sauge... Les plantes doivent être sèches, de préférence.

Ainsi, votre vinaigre aura une odeur bien plus agréable !


Pour un autre article sur le vinaigre blanc : ICI ou découvrir le macérat vinaigré de lilas : ICI

jeudi 9 février 2017

DIY : Stick à lèvres spécial grand froid

En cosmétique naturelle, avoir de beaux produits, c'est inspirant pour patouiller !

J'ai eu la chance de recevoir un énorme pavé de cire d'abeille, en direct de l'apiculteur (merci Hélène !), un tout beau, sans traitement ! Rien qu'à l'odeur, j'en déduis qu'il doit être bien chargé en miel !


Et par le fruit du hasard, je suis tombée, en magasin bio, sur un super beurre de cacao. Je dis superbe, par son odeur très chocolatée ! Un délice:)
Deux ingrédients, inspirants et un besoin : protéger les lèvres qui s'assèchent avec ce froid !

En route pour la réalisation de sticks à lèvres !

Les ingrédients – pour 3 sticks
  • 7g de beurre de cacao : beurre dur, et touché glissant, protecteur
  • 5g d'huile d'avocat : hyper nourrissante, réparatrice
  • 3g d'huile de coco : huile solide et touché fondant
  • 2g de cire d'abeille : pour donner une texture solide, et pour les actifs réparateurs du miel.
  • Vitamine E : permet la conservation des huiles

Coût des ingrédients pour 3 sticks – hors flaconnage : 0€75

Les ustensiles : 2 béchers, à défaut un bol (un pour la pesée, un pour le bain marie), casserole (pour bain marie), une spatule, une balance électronique.

La recette, pas à pas :
  • Désinfectez à l'alcool les flacons, les béchers, la spatule.
  • Dans le premier bécher, pesez d'abord la cire, l'huile de coco et le beurre de cacao. Placez le bécher dans la casserole d'eau chaude pour la fonte.

  • Pesez ensuite l'huile d'avocat. Lorsque la fonte est presque finie, ajoutez l'huile d'avocat.
  • Lorsque le liquide est totalement homogène, sortez le tout du bain marie. Ajoutez la vitamine E.
  • Dernière étape : versez le liquide dans les sticks. Vous pouvez remplir jusqu'en haut, limite débordant pour donner une finition légèrement bombée.

Mon avis : une recette super simple à réaliser. J'ai formulé un doux mélange d'huiles solides, fondantes, et nourrissantes. Je suis contente de la texture ! Les odeurs cacao et cire d'abeille sont agréables. J'ai choisi de ne pas mettre d'autres odeurs que celle des ingrédients. Une réussite !



mardi 3 janvier 2017

Transformer un tee-shirt en sac... sans couture !

Découverte du moment : la réutilisation d'un vieux tee-shirt en sac de fille ! C'est une activité ludique et assez accessible à faire avec les enfants.
J'ai trouvé le principe sur le bouquin Zéro déchet pour les enfants : une mine d'idées dans ce genre-là, je recommande ! 


Voici le processus, comme d'habitude, pas à pas :
Matériel :
  • une paire de ciseaux, éventuellement une règle
  • un morceau de papier pour faire un gabarit (pas obligatoire, mais permet une meilleure finition) à télécharger ICI sur site thepopecase.com
  • un vieux tee-shirt, joli, mais bon à être découpé.
Le must :
  • un très grand tee-shirt : il permet d'avoir un sac de bonne taille. Je suggère un tissu assez rigide, car trop souple, ça donne un sac hyper élastique, pas toujours simple à utiliser.
  • Un tee-shirt avec un dessin sympa, plus design !
Coût : 0€, rien à acheter, juste de la récup dans vos placards

Durée : environ 15mn

Étapes, pas à pas
  • Découpez les manches et le col du tee-shirt pour créer les anses du sac, avec ou sans gabarit, selon. Ici, j'ai fait sans pour préserver l'inscription sur le tee-shirt.

  • Découpez le long de l'ourlet du bas. 
  • Posez votre règle dans le bas du tee-shirt à 10 cm et découpez des bandes de 1 cm de large, des deux côtés en même temps (devant+derrière).

  • Nouez chaque bande (devant+derrière) avec deux nœuds simples.
  • Selon la taille de la anse, coupez en deux et nouez les deux « devants » et deux « derrières » pour permettre d'avoir une ouverture de sac plus importante. Si les anses sont trop courtes, laissez tel quel.

Mon avis :
c'est un activité sympa, qui détend. Elle me permet de réutiliser les vieux habits, voir même d'aspirer à ce que certains habits de mes enfants soient trop petits pour les transformer en sac !
Côté usage, ce sont des sacs d'appoint que j'utilise comme sacs légers, pour la piscine, ou petites courses par exemple.
Pas besoin d'être une super couturière, c'est à la portée de tous !

Parfois, j'en fabrique spécialement qui font office d'emballage cadeau, un peu original !

Nombre de visites

Animation "ménage au naturel" - France 3, janvier 2014

Contacter Sophieaunaturel

Nom

E-mail *

Message *